La bombe de la 2ème guerre mondiale

(c) hamburg.de

Le 13 Novembre 2018, une bombe est entrée dans notre vie. J’étais tranquillement en train de me promener dans le quartier à côté de chez moi, Sternschanze, à Hambourg. Un quartier alternatif, à la cool, où les petits cafés rétros côtoient les magasins hipster. Un quartier en transition, mais qui a réussi à conserver son cachet, malgré la gentrification typique des villes “dynamiques”.

Ce matin-là, le silence a peu à peu gagné les rues. Je me suis approchée d’une voiture de police garée en plein milieu et après une petite recherche, j’ai appris qu’une bombe datant de la deuxième guerre mondiale avait été retrouvée sur un chantier à quelques centaines de mètres de là. Un périmètre de sécurité a été monté et les immeubles, les bureaux et les crèches autour évacués. J’ai effectué un demi-tour sur moi-même, et avec mon gros ventre de 9 mois, attendant impatiemment l’arrivée de notre petit garçon, 2 jours après le terme, je me suis déplacée aussi vite que j’ai pu (c’est à dire en mode escargot) un peu plus loin de la zone, pour aller prendre un café dans une rue tranquille.

Quelques heures après, la bombe était “mise en état de nuire”, les démineurs étaient passés, tout le monde a repris sa vie.

Le lendemain, le 14 novembre, notre monde a basculé.

Dans mon esprit, c’est cette bombe qui a explosé, dans tous les périmètres de notre vie, au delà de toutes les limites de la zone. Une bombe cachée, lovée quelque part, invisible, peut être là depuis des années aussi… Une bombe dont le souffle a été visible à des kilomètres d’amour. A des milliers d’années d’affection. Qui sans prévenir, a emporté tout l’espoir, tout le futur, toutes les belles journées qui nous attendaient avec Victor. Une vie commune. Une enfance, une adolescence. Tout.

Cette bombe, j’en sens encore son souffle tous les jours. J’en discerne les contours, j’en vois les morceaux épars, parfois je trouve des tous petits bouts infiltrés dans ma vie ça et là. Cette bombe, je la connais. J’espère un jour pouvoir m’en détacher. La mettre le plus loin possible de nous. En état de nuire. Nous en protéger. Et nous en sauver.