Mon petit Victor

Tu t’en es allé à pas de velours,
En remuant tes petits pieds une dernière fois
Tu nous as dit au revoir, à bientôt, Auf Wiedersehen.

Mais tu n’es pas vraiment parti.
Tu es dans chaque mouvement de notre corps,
Dans chaque mouvement de nos cils,
Dans chaque baiser que l’on se donne,
Dans chaque gâté* que l’on se fait,
Dans chaque objet que tu aurais dû toucher.

Dans chaque sourire que l’on se fait,
Dans chaque larme que l’on laisse couler,
Dans chaque feuille de chaque arbre.
Dans tous les mots que l’on exprime.
Dans tous les soupirs, et tous les rires.

Et dans notre coeur. Notre coeur qui bat pour toi, pour ton Papa, pour moi.
Tu es notre coeur, plus que tout.

Tu es notre premier. Notre lumière, notre soleil. Notre lune, notre étoile, notre voile, notre moteur, notre rame, notre petit Hambourgeois, notre petit Provençal, notre petit Basque, notre petit Grec, notre petit Viennois.

Ruheforst Kummerfeld, Le 7 Décembre 2018.

*On m’a toujours dit que le gâté était l’équivalent provençal du câlin.

“Petit coeur” de Tonton FloFlo, joué à la cérémonie